Jean Vallier Marguerite Duras Bibliography

JEAN VALLIER

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Né dans la Drôme le 23 décembre 1932. Etudes universitaires à Grenoble et Aix-en-Provence. Parti aux Etats-Unis en 1962, Jean Vallier a fait toute sa carrière à New York où il a été successivement : Directeur de l’Alliance Française ; président-directeur-général de la chaîne de télévision par câble TéléFrance-USA ; directeur du French-Institute/Alliance Française ; président de FACE, fondation franco-américaine pour les échanges culturels et artistiques. Parallèlement, il a été pendant plus de trente-cinq ans, critique de cinéma pour le journalFrance-Amérique.

Ayant rencontré Marguerite Duras à New York en 1969, Jean Vallier a entretenu avec elle des relations amicales pendant une vingtaine d’années. Après la mort de l’écrivain en 1996, il a entrepris de longues recherches en vue d’écrire sa biographie.C’était Marguerite Duras, a paru en deux volume chez Fayard ; le premier volume en 2006, le second en 2010. Cette monumentale biographie a été republiée en 2014 en un seul volume par Le Livre de Poche, dans la collectionLaPochothèque. Jean Vallier a également dirigé pour les Editions Textuel, l’album illustréMarguerite Duras, La vie comme un roman, paru en 2006 dans la CollectionPassion.Il travaille actuellement sur un livre de souvenirs retraçant son expérience new-yorkaise.

CITATION

« QueLe Camionsoit un film d’écrivain, c’est une évidence. Mais cette particularité ne l’empêche pas d’être avant tout un magistral exercice de cinéma et comme l’aboutissement d’un patient travail de remise en questions des conventions stylistiques et narratives dans lequel celui-ci se perd le plus souvent. « C’est sans doute ce que j’ai fait de plus calé », dit Marguerite Duras dansLa Couleur des mots. […] Je pense que c’était un film sur la façon dont les autres font des films. Ce n’est pas un procès, C’est une remise en ligne droite. » Propos qui éclaire par avance le malentendu qui nemanquera pas de s’installer lorsque Jean-Jacques Annaud tentera d’écrire avec elle le film deL’Amant.C’est à la matière même du film plus qu’à son sujet, que Marguerite Duras, comme Jean-Luc Godard, est attachée. Ce film la ravit : il est la synthèse de sa démarche d’écrivain-cinéaste. »

C’était Marguerite Duras ; Edition du Livre de Poche, 2014 ; p. 1253.

LIVRES

C’était Marguerite Duras ;Le Livre de Poche, 2014. CollectionLa Pochothèque.

Marguerite Duras, La vie comme un roman ;Editions Textuel, 2006 ; CollectionPassion.

Hors-sérieTélérama, février 2014

Il a publié chez Fayard 

en 2006 C'était Marguerite Durastome I  (1914-1945) 703 p.

et en 2010 C'était Marguerite Duras tome II (1946-1996) 966 p.

Biographie, témoignage, quinze années de travail et d'enquête.

Œuvres et entretiens de Marguerite Duras

Duras Marguerite, Le Marin de Gibraltar, Paris, Gallimard, 1952.

—, Les Petits Chevaux de Tarquinia, Paris, Gallimard, 1953, coll. « Folio », 1973.

—, Les Chantiers, dans Des journées entières dans les arbres, Paris, Gallimard, 1954, coll. « Folio », 1997.

—, Le Square, Paris, Gallimard, 1955, coll. « Folio », 2001.

—, Moderato Cantabile, Paris, Minuit, 1958, coll. « Double », 2001.

—, Dix heures et demie du soir en été, Paris, Gallimard, 1960.

—, Hiroshima mon amour. Scénario et dialogues, Paris, Gallimard, 1960.

—, Le Ravissement de Lol V. Stein, Paris, Gallimard, 1964, coll. « Folio », 1976.

—, Le Vice-consul, Paris, Gallimard, 1966, coll. « L’Imaginaire », 1977.

—, « MD, tordre le cou au social balzacien », La Tribune de Genève, 9-10 juillet 1966, p. x.

—, Détruire dit-elle, Paris, Minuit, 1969.

Duras Marguerite, Rivette Jacques et Narboni Jean, « La destruction la parole », Cahiers du cinéma, n° 217, 1969, p. 45-57.

Duras Marguerite, « Marguerite Duras : un silence peuplé de phrases », entretien avec Hubert Nyssen, dans Hubert Nyssen, Les Voies de l’écriture, Paris, Mercure de France, 1969, p. 130-138.

—, Abahn Sabana David, Paris, Gallimard, 1970.

—, L’Amour, Paris, Gallimard, 1971, coll. « Folio », 1992.

Duras Marguerite et Brée Germaine, « An interview with Marguerite Duras », Contemporary Literature, vol. 13, n° 4, 1972, p. 402-422.

Duras Marguerite, India Song, Paris, Gallimard, 1973.

—, Nathalie Granger, suivie de La Femme du Gange, Paris, Gallimard, 1973.

Duras Marguerite et Gauthier Xavière, Les Parleuses, Paris, Minuit, 1974.

Duras Marguerite, Lacan Jacques, Blanchot Maurice, Mascolo Dionys et alii, Marguerite Duras, Paris, Éditions Albatros, coll. « Ça/Cinéma » (1975) 1979.

Duras Marguerite, « Marguerite Duras : parce que le silence est féminin », entretien avec Pierre Bregstein, Le Cinématographe, n° 13, 1975, p. 21-24.

—, « “Écriture romanesque, écriture dramatique.” Rencontre avec Marguerite Duras, Madeleine Renaud, Jean-Louis Barrault, Claude Régy et les spectateurs », Cahiers Renaud-Barrault, n° 91, 1976, p. 3-26.

—, Le Camion, suivi de « Entretien avec Michelle Porte », Paris, Minuit, 1977.

Duras Marguerite et Porte Michelle, Les Lieux de Marguerite Duras, Paris, Minuit, 1977.

Duras Marguerite, Le Navire Night, Césarée, Les Mains négatives, Aurélia Steiner, Paris, Mercure de France, 1979.

—, L’Été 80, Paris, Minuit, 1980.

—, L’Homme assis dans le couloir, Paris, Minuit, 1980.

—, Les Yeux verts, Cahiers du Cinéma, n° 312-313, juin 1980, réédition Paris, Éditions de l’Étoile / Cahiers du cinéma, (1987) 1996.

—, Agatha, Paris, Minuit, 1981.

« Le noir atlantique », Des femmes en mouvements, n° 57, septembre 1981, p. 30-31.

—, Outside, Paris, Albin Michel, 1981, POL, 1984, Gallimard, coll. « Folio », 1995.

—, L’Homme atlantique, Paris, Minuit, 1982.

—, La Maladie de la mort, Paris, Minuit, 1982.

—, L’Amant, Paris, Minuit, 1984.

—, La Douleur, Paris, POL, 1985, Gallimard, coll. « Folio », 1993.

—, La Pute de la côte normande, Paris, Minuit, 1986.

—, Emily L, Paris, Minuit, 1987.

—, La Vie matérielle, Paris, POL, 1987, Gallimard, coll. « Folio », 1994.

—, « Entretien avec Flavia Celotto », Micromega. Rivista di studi e confronti italiani e francesi, vol. XV, n° 1-2, juillet-août 1988, p. 56-57.

—, Marguerite Duras : la passione sospesa, entretiens avec Leopoldina Pallotta Della Torre, Milan, La Tartaruga, 1989.

—, « J’ai vécu le réel comme un mythe », entretien avec Aliette Armel, Le Magazine littéraire, n° 278, juin 1990, p. 18-24.

—, Le Théâtre de l’Amante anglaise, Paris, Gallimard, 1991.

—, Yann Andréa Steiner, Paris, POL, 1992, Gallimard, coll. « Folio », 2001.

—, Écrire, Paris, Gallimard, 1993, coll. « Folio », 1995.

—, Le Monde extérieur, Paris, POL, 1993.

—, La Mer écrite, avec des photographies d’Hélène Bamberger, Paris, Marval, 1996.

—, Marguerite Duras : romans, cinéma, théâtre : un parcours (1943-1993), Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997.

—, C’est tout, Paris, POL, 1999.

—, Dits à la télévision. Entretiens avec Pierre Dumayet, Paris, EPEL, 1999.

—, Véra Baxter ou les Plages de l’Atlantique, dans Théâtre IV, Paris, Gallimard, 1999.

—, « Les chantiers » (inédit), dans Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère et André Z. Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, L’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 86, 2005, p. 287.

—, Cahiers de la guerre et autres textes, édition de Sophie Bogaert et Olivier Corpet, Paris, POL/IMEC, 2006.

—, « Les boulettes à la façon de la grecque Melina », dans Johan Faerber, La Cuisine des écrivains ou De la littérature à l’estomac, Paris, Éditions Inculte, 2010, p. 170.

Ouvrages et articles critiques sur l’œuvre de Marguerite Duras

Alazet Bernard (dir.), La Revue des Sciences humaines, n° 202, avril-juin 1986.

—, « L’Écriture et l’interminable : l’enjeu du texte chez Marguerite Duras », dans Agnès Spiquel (dir.), Dialogue franco-ukrainien sur le roman, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Études romanesques », n° 6, 2000, p. 121-127.

—, « La Réécriture chez Marguerite Duras : entre épuisement et relance », dans Myriem El Maïzi et Brian Stimpson (dir.), Écriture, écritures, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Marguerite Duras », n° 2, 2007, p. 63-74.

Alternatives théâtrales [Bruxelles], n° 14, mars 1983.

Ammour-Mayeur Olivier, Les Imaginaires métisses. Passages d’Extrême-Orient et d’Occident chez Henry Bauchau et Marguerite Duras, Paris, L’Harmattan, coll. « Structures et pouvoirs des imaginaires », 2004.

Bajomée Danielle, « La nuit, l’effacement, la nuit », dans Danielle Bajomée et Ralph Heyndels (dir.), Écrire, dit-elle. Imaginaires de Marguerite Duras, Bruxelles, Université de Bruxelles, 1985, p. 85-98.

Beaujour Jérôme, « Ici ailleurs », dans Sophie Bogaert (dir.), Duras, l’œuvre matérielle, Paris, IMEC, coll. « Empreintes », 2006, p. 82-83.

Bertoni Annalisa, « Genèse du personnage. Jacques Hold du Ravissement de Lol V. Stein », dans Florence de Chalonge (dir.), Le Personnage, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Marguerite Duras », n° 4, 2011, p. 25-39.

Blanchot Maurice, La Communauté inavouable, Paris, Minuit, 1983.

—, « Lettres à Marguerite Duras », dans Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère et André Z. Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, L’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 86, 2005, p. 54-55.

Blot-Labarrère Christiane, Christiane Blot-Labarrère commente Dix heures et demie du soir en été de Marguerite Duras, Paris, Gallimard, coll. « Foliothèque », 1999.

Boblet-Viart Marie-Hélène, « Invention de la parole : entre écriture de fiction et écriture de diction », dans Bernard Alazet, Christine Blot-Labarrère et Robert Harvey (dir.), Marguerite Duras : la tentation du poétique, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 221-232.

Bogaert Sophie (dir.), Duras, l’œuvre matérielle, Paris, IMEC, coll. « Empreintes », 2006.

—, « Les archives ou l’écriture matérielle », Le Magazine littéraire, n° 452, avril 2006, p. 40-42.

Borgomano Madeleine, « Le corps et le texte », dans Danielle Bajomée et Ralph Heyndels (dir.), Écrire, dit-elle. Imaginaires de Marguerite Duras, Bruxelles, Université de Bruxelles, 1985, p. 49-62.

—, Madeleine Borgomano commente Le Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras, Paris, Gallimard, coll. « Foliothèque », 1997.

Chalonge Florence de, « “Ces Gens-là” : des personnages en quête d’histoire », dans Florence de Chalonge (dir.), Le Personnage : miroitements du sujet, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Marguerite Duras », n° 4, 2010, p. 9-24.

—, « La dernière Duras », dans Barbara Havercroft, Pascal Michelucci et Pascal Riendeau (dir.), Le Roman français de l’extrême contemporain : écritures, engagements, énonciations, Québec, Éditions Nota bene, 2010, p. 25-44.

Cousseau Anne, « La chambre noire de l’écriture », dans Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère et André Z. Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, L’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 86, 2005, p. 110-117.

El Maïzi Myriem et Stimpson Brian (dir.), Écriture, écritures, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Marguerite Duras », n° 2, 2007.

Himy-Piéri Laure, « Le Ravissement de Lol V. Stein, entre cohésion textuelle et (in)cohérence sémantique », Questions de style [Presses universitaires de Caen], n° 3, 2006, « Écriture et mémoire », revue en ligne consultable à l’adresse : http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle [consulté le 17 octobre 2011].

Ishaghpour Youssef, D’une image à l’autre. La nouvelle modernité au cinéma, Paris, Denoël/Gonthier, coll. « Médiations », 1982.

Labarrère André Z., « Lol perdue et retrouvée : autour d’un manuscrit inédit », dans Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère et André Z. Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, L’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 86, 2005, p. 227-234.

Lacan Jacques, « Hommage fait à Marguerite Duras, du ravissement de Lol V. Stein », dans Marguerite Duras, Jacques Lacan, Maurice Blanchot, Dionys Mascolo et alii, Marguerite Duras, Paris, Éditions Albatros, coll. « Ça/Cinéma », (1975) 1979, p. 131-137.

Lamy Suzanne et Roy André (dir.), Marguerite Duras à Montréal, Montréal, Éditions Spirale, 1981, Spirale/Solin, 1984.

Lisøe Éric, « Marguerite de la Nuit : l’imagination dionysiaque dans Dix Heures et demie du soir en été », dans Anna Soncini-Fratta, Ruggero Campagnoli et Éric Lysoe (dir.), Dix heures et demie du soir en été de Marguerite Duras, Bologne, Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna (CLUEB), 2008, p. 7-47.

Loignon Sylvie, « Écritures de mouche : Marguerite Duras et Christian Oster », dans Lucile Desblache (dir.), Écrire l’animal aujourd’hui, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2006, p. 237-246.

Marini Marcelle, « L’autre corps », dans Danielle Bajomée et Ralph Heyndels (dir.), Écrire, dit-elle. Imaginaires de Marguerite Duras, Bruxelles, Université de Bruxelles, 1985, p. 21-48.

Maritchik Youlia, Les Formes hybrides de l’écriture dans le roman contemporain : le verbal et le visuel dans les œuvres de Marguerite Duras, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010.

Meurée Christophe, « Lis tes ratures : Duras au miroir du messianisme », dans Interférences littéraires, n° 2, mai 2009, « Iconographies de l’écrivain », David Martens et Nausicaa Dewez (dir.), p. 141-158, revue en ligne consultable à l’adresse : http://www.interferenceslitteraires.be [consulté le 21 octobre 2011].

Moure José, Vers une esthétique du vide au cinéma, Paris, L’Harmattan, coll. « Champs visuels », 1997.

Pagès-Pindon Joëlle, Marguerite Duras, Paris, Ellipses, coll. « Thèmes & Études », 2001.

—, « L’architecture de l’invisible dans le “cycle atlantique” », dans Bernard Alazet, Christiane Blot-Labarrère et André Z. Labarrère (dir.), Marguerite Duras, Paris, L’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 86, 2005, p. 181-187.

Rambaud Patrick [Marguerite Duraille], Mururoa mon amour, Paris, JC Lattès, 1996.

Rodgers Catherine et Jacobs Gabriel, « Duras en mesure : éléments d’une analyse quantitative de l’évolution stylistique de l’œuvre durassienne », dans Bernard Alazet, Christine Blot-Labarrère et Robert Harvey (dir.), Marguerite Duras : la tentation du poétique, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 155-169.

Saemmer Alexandra, Duras et Musil, Amsterdam, Rodopi, 2002.

Sarraute Claude, « Rendez-vous dans un Square avec Marguerite Duras », Le Monde, 18 septembre 1956, p. 8.

Snauwaert Maïté, « Écrire de Marguerite Duras : une poétique de l’illisible », dans Ricard Ripoll (dir.), Stratégies de l’illisible, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2005, p. 103-122.

Stimpson Brian, « Au commencement fut la fin : l’écriture en devenir chez Valéry et Duras », dans Paul Gifford et Marion Schmid (dir.), La Création en acte : devenir de la critique génétique, Amsterdam, Rodopi, coll. « Faux titre », 2007, p. 119-129.

—, « Des Coréens à Emily L. : genèse d’une poïétique durassienne », dans Myriem El Maïzi et Brian Stimpson (dir.), Écriture, écritures, Paris et Caen, Lettres modernes Minard, coll. « La revue des lettres modernes », série « Marguerite Duras », n° 2, 2007, p. 25-49.

Tomiche Anne, « Récits de mémoire : du ravissement de la mémoire à la mémoire en partage (Le Ravissement de Lol V. Stein, Le Vice-consul et India Song) », dans Florence de Chalonge (dir.), Roman 20-50. Revue d’étude du roman du XXe siècle, hors-série n° 2, décembre 2005, p. 93-107.

Vallier Jean, C’était Marguerite Duras, t. 1, 1914-1945, Paris, Fayard, 2006.

—, C’était Marguerite Duras, t. 2, 1946-1996, Paris, Fayard, 2010.

Vircondelet Alain, Marguerite Duras, Paris, Seghers, 1972.

Ouvrages et articles généraux

Agamben Giorgio, Le Temps qui reste. Un commentaire de l’Épître aux Romains, traduction de l’italien de Judith Revel, Paris, Payot, coll. « Rivages », 2000.

Bellemin-Noël Jean, Le Texte et l’avant-texte, Paris, Larousse, 1971.

Benveniste Émile, « La forme et le sens dans le langage », Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard, 1974, coll. « Tel », 1989, p. 215-238.

—, Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard, 1974, coll. « Tel », 1989.

Blanchot Maurice, Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, coll. « Folio essais », 1987.

—, L’Attente l’oubli, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1962.

—, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1969.

Biasi Pierre-Marc de, La Génétique des textes, Paris, Nathan, coll. « 128 », 2000.

Brossat Alain, Les Tondues, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 2008.

Certeau Michel de, La Fable mystique, Paris, Gallimard, 1982.

Chklovski Viktor, « L’art comme procédé », dans Tzvetan Todorov (dir.), Théorie de la littérature : textes des formalistes russes, Paris, Seuil, 1965, p. 76-97.

Debray-Genette Raymonde, « Génétique et poétique : le cas Flaubert », dans Essais de critique génétique, Paris, Flammarion, coll. « Textes et manuscrits », 1979, p. 21-67.

Debray-Genette Raymonde et Neefs Jacques (dir.), Genesis [Éditions Jean-Michel Place], n° 6, juillet 1994, « Enjeux critiques ».

Deleuze Gilles, L’Image-temps. Cinéma 2, Paris, Minuit, 1985.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, Mille plateaux, Paris, Minuit, coll. « Critique », 1980.

Derrida Jacques, Mal d’archive, Paris, Galilée, coll. « Incises », (1995) 2008.

—, Artaud le Moma : interjections d’appel, Paris, Galilée, coll. « Écritures/Figures », 2002.

Dessons Gérard, L’Art et la manière. Art, littérature, langage, Paris, Honoré Champion, 2004.

—, Émile Benveniste, l’invention du discours, Paris, Éditions In Press, 2006.

—, « L’éthique de la manière », dans Lia Kurts-Wöste, Marie-Albane Rioux-Watine et Mathilde Vallespir (dir.), Éthique et significations. La fidélité en art et en discours, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2007, p. 43-57.

—, La Manière folle. Essai sur la manie littéraire et artistique, Houilles, Éditions Manucius, coll. « Le marteau sans maître », 2010.

Duchen Claire, « Crime and Punishment in Liberated France. The Case of les femmes tondues », dans Claire Duchen et Irene Bandhauer-Schöffmann (dir.), When the War Was Over. Women, War and Peace in Europe, 1940-1956, Londres et New York, Leicester University Press, 2000, p. 233-247.

Duchet Claude, « Fins, finition, finalité, infinitude », dans Claude Duchet et Isabelle Tournier (dir.), Genèses des fins. De Balzac à Beckett, de Michelet à Ponge, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits modernes », 1996, p. 5-27.

Eco Umberto, L’œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1965, coll. « Points Essais », 1979.

Espagne Michel, « Philologie et critique génétique », Genesis [Presses de l’université Paris-Sorbonne], n° 30, juin 2010, p. 19-20.

Faerber Johan, Pour une esthétique baroque du Nouveau Roman, Paris, Honoré Champion, coll. « Littérature de notre siècle », 2010.

—, « L’occupation des signes ou la littérature contemporaine devant la disparition des signes », Inculte, n° 20, 2011, p. 155-166.

Fernandez Dominique, Ramon, Paris, Grasset, 2008.

Foucault Michel, « Le Mallarmé de Jean-Pierre Richard », dans Dits et écrits, t. 1, 1954-1975, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2001, p. 455-465.

François Dominique, Femmes tondues. La diabolisation de la femme en 1944. Les bûchers de la Libération, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2006.

Gide André, Les Caves du Vatican, 2 vol., Paris, NRF, 1914.

Grésillon Almuth, « Raturer, rater, rayer, éradiquer, radier, irradier », texte mis en ligne le 23 octobre 2006, consultable sur : http://www.item.ens.fr [consulté le 24 octobre 2011].

—, La Mise en œuvre. Itinéraires génétiques, Paris, CNRS Éditions, 2008. Hamon Philippe, « Clausules », Poétique, n° 24, 1975, p. 495-526.

—, « Quelques questions à la génétique », Genesis [Presses de l’université Paris-Sorbonne], n° 30, juin 2010, p. 65-68.

Herschberg-Pierrot Anne, « Chemins de l’œuvre », Genesis [Presses de l’université Paris-Sorbonne], n° 30, juin 2010, p. 87-108.

Himy-Piéri Laure, « Modernisme, archaïsme, primitivisme », dans Laure Himy-Piéri et Stéphane Macé (dir.), Stylistique de l’archaïsme, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, p. 173-187.

Jouve Vincent, L’Effet-personnage dans le roman, Paris, PUF, coll. « Écritures », 2001.

—, Poétique du roman, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus Lettres », 2010 (3e édition).

Kofman Sarah, Aberrations. Le devenir-femme d’Auguste Comte, Aubier Flammarion, coll. « La philosophie en effet », 1978.

Lacan Jacques, Encore, séminaire XX, Paris, Seuil, 1975, coll. « Points essais », 2002.

Mallarmé Stéphane, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. 1, 1998.

Mascolo Dionys, Autour d’un effort de mémoire. Sur une lettre à Robert Antelme, Paris, Nadeau, 1987.

Meurée Christophe, « Propositions pour une esthétique sagaësque », dans Marc Quaghebeur (dir.), Les Sagas dans les littératures francophones, Bruxelles, PIE Peter Lang, à paraître.

Rosset Clément, Le Réel. Traité de l’idiotie, Paris, Minuit, 1992.

Sarraute Nathalie, L’Ère du soupçon, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1956.

—, Tropismes, Paris, Minuit, 1957.

Segre Cesare, « Critique des variantes et critique génétique », Genesis [Éditions Jean-Michel Place], n° 7, janvier 1995, p. 29-45.

Vinci Léonard de, Les Carnets de Léonard de Vinci, Paris, Gallimard, 1942, coll. « Tel », t. 1, 1989.

Virgili Fabrice, La France virile. Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000.

Voragine Jacques de, La Légende dorée, Paris, Champion, 1997.

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *